Conseils aux candidats

 

4 Réussir vos entretiens d'embauche


Les entretiens d'embauche sont plus nombreux qu'on ne le croit. Par exemple, un employeur vient présenter ses activités à un groupe de demandeurs d'emploi, vous êtes reçu par votre conseiller emploi et il pense à vous pour une offre d'emploi reçue la veille etc.
Mais dans tous les cas, officiels ou non, ces rencontres répondent à une même logique : l'art de réussir un entretien d'embauche. 
Ce thème ne sera ici que survolé, car les ateliers ou les stages organisés par Pôle emploi ou Cap emploi sont adaptés pour répondre à ces questions.



4.1 Pourquoi avez-vous quitté votre ancien poste ?


Avant que le recruteur ne le fasse, demandez-vous quelles raisons objectives ont conduit à la perte de votre ancien poste. S'il s'agit d'une inaptitude, n'y avait il pas d'autres raisons en parallèle ? Si le reclassement était impossible, avez-vous une vision claire de ce qui aurait pu permettre un maintien dans votre poste ? Pour que l'histoire ne se répète pas, quelles conditions faut-il réunir ?
Répondre à ces questions avant qu'on ne vous les pose vous donnera de l'aplomb, car elle sera inévitablement posée. Inutile de « se griller » en tenant un discours amer sur sa rupture d'emploi...





4.2 Savoir faire et faire savoir


Les recruteurs attendent un discours concret sur l'expérience. « j'ai 20 ans d'expérience » ou « je suis polyvalent » les laissent sur leur faim. 
De l'utilité des bilans professionnels qui permettent de retrouver des exemples précis qui illustrent telle ou telle qualité qui seront transférables dans votre nouveau projet professionnel. Car souvent, la personne doute de l'utilité d'un tel bilan au motif qu'elle est inapte à cet ancien métier. Mais au contraire, des atouts peuvent souvent être mis en valeur et sont transférables, que ce soit dans la mission principale ou les activités annexes. Tel maçon mettra en valeur sa science du dosage pour un poste dans l'agro alimentaire, telle serveuse sera retenue pour devenir monitrice auto-école grâce à son aisance relationnelle...



4.3 Et le handicap...


C'est l'entretien qui permet d'en parler, très rarement la candidature. Chaque cas est unique, voici quelques conseils et quelques illustrations. C'est en faisant le bilan de votre situation que vous trouverez la bonne manière de parler de votre handicap.
N'utilisez pas de termes médicaux qui peuvent effrayer, parlez de contre-indications, soyez précis : « j'ai été mis inapte à mon ancien poste car je ne pouvais plus conduire des semaines entières,  je cherche donc un poste dans lequel je conduirai au maximum une demi-journée ». Rassurez l'employeur sur l'évolution de votre état de santé : « Ma maladie est stabilisée, j'ai un contrôle chaque année sur mon temps personnel, cela ne perturbe pas mon travail ». Soyez clairs sur les soutiens dont vous avez peut-être besoin comme de la formation (je peux utiliser une base de données mais pour en créer une, je dois me former), une aide (pour prendre au sol un poids de plus de 20 kg, il me faut l'aide d'un collègue ou un outil), un soutien de la hiérarchie (pour que tout se passe bien, il faut me parler bien en face et sans crier), etc. 
En fin d'entretien, pour prouver vos capacités et votre motivation, vous pouvez proposer une période d'application en entreprise de quelques jours. C'est le « petit plus » qui peut faire la différence...

 

Création de site internet Caen et Vire : Schuller-Graphic | Contact | Mentions légales | Politique de confidentialité
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour plus d'informations consultez CNIL.fr.